Haute Fidélité

Amplis Intégrés

DARED MP-6


 

Le marché de la haute-fidélité est parasité par un grand nombre de produits audio asiatiques très moyennement musicaux mais bon marché et disponibles par Internet. Quelques marques seulement tirent leur épingle qualitative du jeu. Dared est de celles-là et son intégré hybride MP-6 offre même une liaison Bluetooth qui coupe court aux questions épineuses du câble de modulation.

 

Nous sommes en 1995, le marché de la haute-fidélité est toujours actif et des constructeurs comme Consonance ou Cayin commencent à faire parler d’eux. C’est cette même année que la société Shenzhen Danyigao Electronic Co. est créée pour concevoir et fabriquer des électroniques à tubes. La production balaie large avec des produits destinés à la hi-fi, au public adoré et aux instruments (amplis pour guitare). Le constructeur dépose la marque Dared qui est dédiée aux appareils destinés aux mélomanes et aux audiophiles. Le nom de Dared a été décliné de l’expression chinoise « Dan yi gao » qui signifie amplificateur haut de gamme à tubes conçus dans un esprit artistique. En anglais, Dared serait l’abréviation de « Daring, Artistic, Reliable, Elegant and Definitive ». La démarche semble bonne puisque Dared est exportée sur la plupart des continents. En France, Dared est importé depuis l’an 2000 et avait remporté la récompense 5 étoiles de la Revue du son avec un intégré VP20.

 


Rapport qualité prix au sommet

Plusieurs gammes de produits Dared sont disponibles au catalogue du constructeur. La série Flagship constitue le très haut de gamme, on y trouve notamment des blocs mono équipés de huit triodes 300B délivrant 160 W en mode push-pull. Suivent les séries Imperial, Mini et New Classic, toutes à base de schémas à tubes, et la nouvelle série Bluetooth intégrant la première électronique stéréo Dared hybride tube-transistor MP-6. Comme le nom l’indique, l’électronique est équipée d’un récepteur Bluetooth destiné à capter les signaux musicaux en provenance d’appareils tels que les iPhone, iPad, Mac ou autres médias mobiles compatibles Bluetooth. Le constructeur a bien fait les choses puisqu’il a aussi installé une interface USB au dos du châssis qui permet de recharger, le cas échéant, la source Bluetooth en utilisation via un câble USB. La capacité de charge est de 5 V sous 2,1 A.

La liaison Bluetooth s’établit dès l’allumage du MP-6 en mode « détection sans restriction », la diode LED au pied de l’antenne amovible sur le châssis passe du vert clignotant au rouge fixe. Ainsi, quand vous souhaitez utiliser une source en Bluetooth, il faut commuter le sélecteur d’entrées de l’intégré sur Bluetooth puis placer la source en détection Bluetooth. Le Dared apparaît alors sur l’écran de la source, il suffit de le sélectionner.

 

40 W de poche

Le MP-6 est installé dans un tout petit boîtier en aluminium extrudé. La face avant en plastique gris argent reçoit un vumètre central rétro-éclairé d’une lueur bleue, une entrée casque sur jack 6,35 mm, le récepteur infrarouge pour la télécommande très design et très plate, et les deux molettes pour le volume et la sélection des sources. L’interrupteur de mise sous tension est situé sur l’appareil à côté du transformateur d’alimentation dissimulé sous un capot de blindage. Les trois tubes 6N2 (référence très proche de la ECC83) sont installés sous des enveloppes de protection en verre recouvertes d’un cache ajouré en forme de boomerang. Ils travaillent en étage de gain et en étage driver du circuit de sortie à transistor. Cet étage de puissance que l’on découvre en retirant le fond de l’appareil est un chip intégré TDA7265 au format Multipack à 11 broches travaillant en classe AB. Il est installé sur une équerre en aluminium en guise de dissipateur, elle-même fixée à la tôle de fond de l’appareil pour augmenter la surface de convection. L’alimentation symétrique est filtrée par quatre condensateurs de 4 700 µF. Tous les composants, dont beaucoup en technologie CMS, sont soudés sur un unique circuit imprimé sur lequel on distingue un chip Princeton Technology PT2329 pour le réglage de volume stéréo.




FABRICATION & ECOUTE

Construction : L’implantation soignée sur la carte en verre époxy est d’une grande fluidité, le câblage filaire se résume à quelques fils entre le transformateur d’alimentation imprégné et l’étage d’alimentation, entre les sorties haut-parleurs et la prise pour casque, et à deux câbles coaxiaux blindés pour les entrées. Le châssis est solidement assemblé à partir de matériaux de qualité correcte, les molettes en plastique font de l’effet. Connectique standard, tarif serré oblige, esthétique particulière…

Composants : Le constructeur a mis en œuvre des technologies modernes dont un réglage de volume géré par circuit intégré et une communication sans fil par Bluetooth pour le transfert de fichiers dématérialisés. Le schéma pioche intelligemment dans les deux mondes tube et transistor. L’alimentation aurait mérité des condensateurs aussi généreux que le transformateur… En revanche, l’idée de coupler la plaque métallique de fond au dissipateur du chip de puissance est très astucieuse.

Grave : Sur la piste « Julsang » du CD Cantate Domino (référence Lim K2HD 025), la tenue de l’orgue en soutien à la soprano est d’une aisance étonnante avec une articulation très satisfaisante sur les changements de notes. L’exploration de l’extrême grave n’est pas complètement estompée et arrive à surprendre par le niveau rendu.

Médium : Sur cette même piste, la voix de la soprano sonne d’une manière incroyablement familière. Il ne manque quasiment aucune des inflexions tonales ni de l’expressivité que nous lui connaissons. L’ambiance de l’église apparaît évidente. On note toutefois l’apparition d’une petite touche de présence quand on augmente le niveau. Le résultat global reste néanmoins surprenant de la part d’un appareil aussi abordable.

Aigu : L’aigu ne verse jamais dans l’agressivité. Dans l’absolu, il manque un soupçon d’étendue dans l’extrême aigu, mais la palette harmonique restituée conserve de la crédibilité dans le haut du spectre. Restitution un poil plus systématique en Bluetooth.

Dynamique : On sent que la réserve d’énergie dispensée par l’appareil sur des impacts (Symphonie n° 11 de Chostakovitch) n’est pas illimitée, mais on y croit tant qu’on reste à un volume sonore raisonnable.

Attaque de note : Le circuit imaginé par Dared est réactif et insuffle au message un réalisme inattendu de la part d’un appareil aussi modeste. Les différents bruits des doigts s’agitant sur les cordes de la guitare de Buddy Guy (CD Blues Singer, piste « Hard time killing floor ») sont restitués avec une présence et une proximité étonnantes.

Scène sonore : Conséquence directe de cette immédiateté, le Dared dessine un environnement sonore ample qui n’est pas sans rappeler ce qu’on obtient avec notre système. Les dimensions du lieu conservent les « bonnes » proportions, seul le volume virtuel s’est logiquement un peu réduit. Malgré tout, on reste surpris par tant de vie.

Transparence : Le Dared restitue le message audio avec beaucoup d’honnêteté en ce sens que la texture de la trame musicale rappelle immanquablement celle de notre système. Les notes se développent et s’épanouissent avec fluidité avant de s’éteindre un peu plus vite qu’à l’accoutumée. Il faudra rester raisonnable quant au volume d’écoute, ce qui incite à recommander des enceintes de sensibilité suffisante pour profiter de la musicalité dégagée par cet intégré.

Rapport qualité/prix : Le prix auquel est proposé ce petit intégré en fait un produit extrêmement attractif si l’on tient compte des technologies embarquées (tube, transistor, communication Bluetooth), de la puissance annoncée (2 x 40 W sous 8 ohms) et de la musicalité qu’il est capable de délivrer. 


VERDICT

Le Dared MP-6 est un appareil vraiment attachant. Sa connectivité filaire vers un lecteur de CD ou un baladeur, et aérienne via Bluetooth vers un ordinateur ou un iPhone en font un produit particulièrement adapté à nos chères têtes blondes. Ses prestations musicales de bonne facture sont tout à fait à la hauteur d’appareils plus coûteux. La fabrication est très satisfaisante et l’on restera indulgent vis-à-vis de l’esthétique assez typée. Au final, voici un produit tout à fait recommandable en tant que moteur d’un petit système compact, musical et de budget vraiment raisonnable.

 

FICHE TECHNIQUE

Origine : Chine

Prix : 399 euros

Dimensions : 210 x 130 x 280 mm (hauteur 170 mm avec antenne Bluetooth)

Poids : 5 kg

Puissance nominale : 2 x 40 W sous 8 ohms

Bande passante : 20 Hz à 20 kHz

Distorsion : < 0,1 %

Rapport signal sur bruit : > 86 dB

Entrées : 1 RCA niveau ligne, 1 minijack (iPod, baladeur), 1 Bluetooth sans fil

Sorties : 2 paires de fiches haut-parleur